Un peu de culture sur le vin de Bordeaux et son histoire

par Pauline

Un petit voyage à Bordeaux pour découvrir ses grands vins. Pour comprendre, un peu mais mieux, une philosophie et la culture du vin. Dans le sud-ouest de la France, non loin de la frontière avec l’Espagne, il existe une zone particulière. C’est là que se développe la région appelée Bordeaux et connue dans le monde entier pour les vins les plus grands (probablement) et les plus chers (sans aucun doute).

Le terroir du vin Bordelais

La Gironde, qui se jette ensuite dans l’océan, a un sol donc sableux, peu pierreux, très peu calcaire et argileux, le tout transporté plus loin dans la région par les deux rivières qui se forment plus au sud, la Dordogne et la Garonne. Les sols notoirement sablonneux donnent naissance à des vins très fins, pas trop corsés. Les principaux cépages sont évidemment le merlot (environ 50 % de la production), le cabernet sauvignon (environ 25 %) et le cabernet franc (environ 10 %).

Les vignes, surtout dans la zone côtière, sont modérément influencées par l’océan. Modéré par les grands arbres qui forment la zone boisée bordant les dunes de sable. Ainsi l’humidité alterne avec un climat sec, dû au vent qui souffle constamment, tandis que des galets et des pierres commencent à se retrouver dans le sol en descendant vers le sud, dans la zone dite des Graves, c’est-à-dire pierreuse, caillouteuse, avec un terrain difficile qui rend plus difficile le travail de la vigne et sa recherche de nutriments. Le résultat est en fait différent, avec des vins plus structurés, plus colorés et plus corsés que ceux du nord de la région.

La zone centrale, entre les deux fleuves, est appelée Entre deux Mers, littéralement entre les deux mers. C’est un territoire caractérisé par des sols argileux et calcaires, même ici caractérisé par beaucoup de Merlot et par un début timide de la production de vins blancs. Vous pouvez visiter le site https://www.visiter-bordeaux.eu pour trouver d’avantages d’informations sur la région de Bordeaux et ses vins.

Toujours dans la partie centrale de Bordeaux, mais plus décalée vers la droite, se trouve la petite zone où sont produits les grands vins de la région, même les plus chers. L’altitude est légèrement plus élevée et la consistance argileuse et calcaire du sol donne aux vins leur structure, leur couleur, leur corps, leur saveur et leur acidité.

Enfin, dans le Sud-Ouest se trouve le territoire de la pourriture noble, celle qui donne naissance à un produit connu dans le monde entier sous le nom de Sauternes.

Quelques chiffres sur la taille de la vigne de Bordeaux et de ses vins :

  • 125 000 hectares de vigne, soit environ 30% de la production française
  • 860 millions de bouteilles en 2008, dont 95% sont des DOC.
  • environ 300 millions de bouteilles se sont installées dans une moyenne qualitative plus que digne
  • environ un demi-million sont vraiment intéressants et proches de l’excellence
  • Il y a environ 60-70 000 producteurs, dont 20 000 sont importants (c’est-à-dire reconnus pour leur grande taille).

Une seule mise en bouteille donne vie à des vins qui sont tous les mêmes. Ensuite, en fonction de la qualité de l’ensemble de la production, le prix de la masse est décidé. C’est pourquoi, certaines années, le prix du même vin est plus bas, d’autres plus élevé.

Un autre trait distinctif très fort d’une région comme Bordeaux réside dans le grand savoir-faire viticole qui s’est formé et s’est transmis de génération en génération. C’est aussi grâce à la contribution de deux personnages fondamentaux qui ont participé à la création du mythe et de l’histoire du Bordeaux en France et dans le monde : Michel Rolland avec sa manie de l’oxygénation des vins, et Robert Parker pour avoir écrit des volumes et des ouvrages sur le Bordeaux. Cette culture du vin a été transmise de la même façon depuis des décennies et le vin est toujours fabriqué de la même manière, il n’y a pas de discussion sur les différentes méthodes ou outils.

L’histoire du vin Bordelais

Sur cette terre où les Romains cultivaient la vigne dès le premier siècle avant J.-C. (« Vitis Viturica » en raison de son origine sauvage) naissent des vins aux caractéristiques organoleptiques particulières, totalement différentes de celles de nos vins. Les notes sont de foin, herbacées. Les faibles rendements éliminent cependant l’aspect herbacé du vin, ce qui rend le produit plus agréable. Plus les vins sont importants, moins on ressent de sensations herbacées.

Au Moyen Âge, le mariage d’Henri Plantagenêt et d’Aliénor d’Aquitaine ouvre la région bordelaise au marché anglais et lui permet de s’imposer sur la scène mondiale. Le nom Bordeaux vient du français al bord de l’eau, qui signifie « au fil de l’eau » et fait référence à l’estuaire de la Gironde et à ses affluents, la Garonne et la Dordogne, qui jouent un rôle fondamental dans l’histoire et la réussite de cette région.

La construction du goût du vin à Bordeaux suit des règles très précises, surtout en fonction de la région où les raisins poussent : chaque château a sa propre identité et ses caractéristiques personnelles, uniques et distinctes.

La clarté du message avec la classification des crus qui identifie les meilleurs producteurs, créée à la demande de Napoléon III en 1855, est toujours appliquée et reconnue par tous comme un indicateur de qualité. La qualité que chaque producteur recherche, l’ambition de ce dernier d’être le premier et la ténacité du premier de ne pas être rattrapé par ceux qui le suivent.

Le pilier fondamental de la viticulture bordelaise est précisément le « savoir-faire » de l’homme qui choisit les assemblages entre les différents cépages présents : Merlot, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc et Petit Verdot ; chacun s’exprimant dans la diversité des terroirs et la multiplicité des styles.

Leave a Comment