Culture & société : à quoi ressemble l’avenir du travail en 2021 ?

par Pauline

Culture & société : à quoi ressemble l’avenir du travail en 2021 ?

Nul besoin d’en rajouter, nous le savons : 2020 ait été l’année la plus perturbatrice et la plus inédite de cette génération.

Bien que cette période ait été incroyablement difficile pour la grande majorité d’entre nous, elle a été marquée par des évolutions positives dans notre façon de travailler, la flexibilité et le bien-être général ayant pris le pas sur la productivité sans entraves pour ce qui pourrait bien être la première fois de mémoire d’homme.

Alors que nous entrons dans une nouvelle décennie, avec tant d’outils et de technologies puissants à notre disposition, de nombreuses entreprises cherchent des moyens de poursuivre les changements opérés d’ici 2020 et de les transformer en une manière plus positive de travailler, avec ou sans restriction. Voici mes prévisions sur la façon dont la technologie, le bien-être et les compétences humaines se conjugueront pour de bon en 2021.

Découvrons ces changements culturels qui marqueront à coup sûr cette nouvelle année !

Une technologie tactile et opportune

Les appels vidéo sont devenus omniprésents en 2020, Zoom ayant vu à lui seul environ 300 millions de participants aux réunions quotidiennes tout au long du mois d’avril, mais cette forme restreinte de communication s’est amenuisée et la valeur de la proximité avec les amis et les collègues a été clairement établie. Les entreprises technologiques ont donc relevé le défi en adoptant de nouvelles approches pour essayer de maintenir l’engagement des gens tout en travaillant à domicile. De plus, cette vague mondiale de travailleurs en télétravail va sans doute faire bondir le nombre de travailleurs indépendants. Warren, un freelance en marketing digital, prévoit que les entreprises se sont rendus compte que collaborer à distance est tout à fait possible et ne gâche pas les performances de chacun. Nvidia, par exemple, a donné la priorité à l’expression humaine au détriment de l’arrière-plan des appels vidéo, en réduisant considérablement la bande passante pour ces appels et en aidant les gens à lire le langage corporel et les indices faciaux pour essayer de reproduire une connexion humaine à distance. On peut s’attendre à ce que de nombreux autres projets de ce type voient le jour en 2021, à mesure que les technologies de pointe se perfectionneront et deviendront plus accessibles.

Des projets comme Oculus Rift et l’Infinite Office de Facebook utilisent la RV (réalité virtuelle) pour créer un espace de bureau virtuel immersif en visualisant des choses comme une configuration à plusieurs moniteurs. Facebook cherche également à s’intégrer à la société de RV (réalité augmentée) Spatial pour permettre des réunions socialement distantes en réalité augmentée, dont vous pouvez voir un exemple ici. Le concept d’environnement de travail virtuel suscite également l’intérêt des chercheurs en RV, comme le professeur Anna Quieroz de l’université de Stanford, qui explique la valeur de ce type de technologie : « De nombreuses entreprises disent qu’elles continueront à travailler à domicile, mais les employés ont besoin de ces espaces où ils peuvent se rencontrer et communiquer. La RV peut permettre cette proximité et cet esprit de collaboration ».

Le bien-être au premier plan

Outre l’importance des avantages intangibles d’un espace de bureau, le bien-être des employés est devenu une priorité en 2020. Reconnaissant le lien vital entre la productivité et le bien-être, les employeurs prennent des dispositions pour s’assurer que les employés sont heureux et en bonne santé mentale lorsqu’ils travaillent à domicile, et que le phénomène de « productivité toxique » ne freine pas le passage au travail à distance. Le rapport annuel 2020 du CIPD (The Chartered Institute of Personnel and Development) et de SimplyHealth, intitulé « Health and Wellbeing at Work », a révélé que 89 % des personnes interrogées « ont observé un « présentéisme » (personnes travaillant lorsqu’elles ne sont pas bien) dans leur organisation au cours des 12 derniers mois » et un taux d’observation tout aussi élevé (73 % des personnes interrogées) du « présentéisme », [défini comme] les employés travaillant lorsqu’ils sont en congé annuel ou en dehors des heures contractuelles ».

Ce sentiment qu’il faut être plus productif pour compenser des circonstances difficiles doit être abandonné en 2021, et l’accent mis sur le bien-être doit être étendu pour tenir compte de cette notion contre-productive de « toujours en mouvement ». Le rapport de la CIPD met en évidence les effets néfastes de cet état d’esprit :

  • 2/5e des interrogés (37 %) ont constaté une augmentation des absences liées au stress au cours de l’année dernière,
  • 3/5e des interrogés (60 %) font état d’une augmentation des problèmes de santé mentale courants ».

Plus globalement, le débat sur la santé mental devrait être au premier plan des préoccupations pour 2021.

Organisations basées sur les compétences

En 2020, le concept de productivité est remis en question et adapté autant que n’importe quoi d’autre, et l’hypothèse traditionnelle selon laquelle le fait de tout transformer en un processus mesurable et fini est l’un des principaux aspects de la productivité qui est exposée comme étant contre-intuitive. Alors que les technologies de l’automatisation se propagent encore plus dans la vie professionnelle, n’étant plus réservées à la fabrication industrielle ni même aux applications médicales les plus pointues, l’idée de mettre les humains au travail sur des processus qui peuvent être réalisés beaucoup plus rapidement et plus efficacement par l’intelligence artificielle n’est pas compétitive. La pandémie a mis cette contradiction au premier plan : alors que les plus grandes sociétés d’IA et de données du monde ont connu une croissance et une amélioration cette année, alors que de nombreux emplois ont été perdus ou supprimés, l’importance de développer les aptitudes et les compétences humaines qui ne peuvent être reproduites par l’IA (telles que l’initiative, la créativité et l’intelligence émotionnelle) est devenue évidente. Alors que les entreprises réalisent que des employés heureux, fiables et engagés sont infiniment plus productifs que les « drones d’entreprise » axés sur les processus, les organisations basées sur les compétences prospéreront en 2021, en s’appuyant sur les compétences humaines et en utilisant l’IA pour les processus banals et répétitifs pour lesquels elle a été conçue.

Se recycler à distance…

Il n’est pas facile de passer à un mode de travail complètement distant, comme beaucoup d’entre nous l’ont vécu au cours de l’année dernière, et la reconversion des personnes qui travaillent à distance alors qu’elles sont déjà chez elles pose des défis uniques en soi. Les méthodes de formation traditionnelles, telles que les salles de classe ou même les outils d’apprentissage en ligne standard, ne sont pas réalisables en cas de pandémie, ou ne sont pas suffisamment attrayantes pour les employés isolés. Par un heureux hasard, la technologie que les gens doivent maintenant maîtriser les aide également à s’adapter et à se recycler pour une nouvelle façon de travailler. Les plateformes de formation basées sur l’IA contribuent à personnaliser le processus d’apprentissage, à le rendre plus attrayant pour chaque utilisateur et à automatiser les parties du processus qui peuvent s’avérer redondantes en fonction du rythme d’apprentissage de chaque utilisateur.

…Et former la future main-d’œuvre

Cette volonté de reconversion et d’habituer les gens à travailler parallèlement à l’automatisation en s’appuyant sur leurs propres compétences humaines sera donc certainement un facteur déterminant en 2021, et dans la perspective de la future main-d’œuvre. En réponse à un avenir professionnel moins prévisible et moins axé sur les processus, certaines écoles (telles que CISGLOBAL à Séville, LearnLife à Barcelone et The Mabin School à Toronto) ont décidé de changer le paradigme éducatif pour être plus pertinentes dans un monde du travail centré sur l’homme. Ces programmes éducatifs sont axés sur l' »apprentissage liquide » : au lieu de suivre un programme fixe strict, les élèves sont encouragés à explorer leurs centres d’intérêt par le biais de projets, d’une collaboration entre pairs et de méthodes d’apprentissage expérimentales. Ce cadre d' »apprentissage liquide » non seulement construit et promeut l’adaptabilité, la résilience, la curiosité et la responsabilisation, mais il est également beaucoup mieux adapté au travail d’aujourd’hui et de demain qui sera davantage basé sur les aptitudes et les compétences humaines, et plus « liquide ».

L’année du Bœuf

2021 sera sans aucun doute une nouvelle année de nouveaux développements et de perturbations, mais la manière dont les entreprises exploiteront ces changements et réagiront aux perturbations sera le facteur déterminant pour savoir qui survivra, qui prospérera et qui ne pourra pas suivre. À mesure que l’automatisation deviendra plus utile et utilisable dans les conditions du monde réel, le travail sera davantage axé sur les capacités et les besoins humains. Nous devons maintenant tirer les leçons de 2020 et continuer à promouvoir le bien-être, à penser en termes de compétences plutôt qu’en termes de processus et à utiliser la technologie et nos compétences humaines de la meilleure façon possible.

Related Articles

Leave a Comment